A Malaja la Bugada

A MALAJA LA BUGADA (Paroles)

Chanson attribué à Cyprien DESPOURRIN, né à Accous en 1698 et mort à Adast en 1759. La chanson met en scène un berger abandonné par sa bergère. C’est une belle bergerette du 18ème où le berger verse force de larmes.

 Le texte de A Malaja la bugada se décline sur plusieurs airs :

  • La chanson originelle avec des versets de 8 vers
  • Une autre chanson d’amour avec exactement le même texte (les couplets 5 et 6 ne sont souvent pas chantés) mais regroupés en couplets de 4 vers
  • Un branle chanté en versets de 2 vers
  • Une variante de ce branle, plus ornée, qui peut aussi se chanter comme une complainte

En bonus, un chant de Simin PALAY qui reprend l’air originel : A be’m hè gai la bugada. Il rend hommage au texte de DESPOURRIN tout en modifiant totalement l’histoire chantée. Ce n’est plus le désespoir des bergers, mais la fascination du narrateur pour le travail des autres (les lavandières). Il est toujours beau de chanter le travail d’autrui.

 Pour poursuivre sur la lessive :

                               Nau que’n lavem la bugada (Felix ARNAUDIN - Tome 1 n°23, p.75)

À vous de compléter et de nous proposer d’autres informations, chants, enregistrements références ou versions autour de A Malaja la bugada… et de corriger les erreurs.

Partitions:

partition A Malaja la bugada -1

partition A Malaja la bugada -2

partition A Malaja la bugada -3


Différentes versions:

Los Pagalhós (album "Hami de víver")

    [ Retour à PAROLES ET PARTITIONS ]